Fêtes des Lumières… magnéto !

La Fête des Lumières de Lyon, une institution !

Chaque année, la Fête des Lumières est un événement incontournable entre Rhône et Saône.
Cette institution lyonnaise, que vous pourrez découvrir avec Les Passionnés du 7 au 10 décembre 2017, exploite le patrimoine et les bâtiments de la capitale des Gaules pour déployer des jeux de sons et de lumières toujours plus créatifs et poétiques.
Petit rappel en trois animations de l’édition 2016.

La place des Terreaux… sens dessus-dessous !

Difficile de faire mieux, à Lyon, que la célébrissime place des Terreaux pour un spectacle son et lumières. Entre la Fontaine Bartholdi, la façade ultra-géométrique du Palais Saint-Pierre et celle plus ouvragée de l’Hôtel de Ville, le rendu visuel est souvent imbattable. Mieux, la place propose une surface pas loin d’être idéale, pouvant accueillir plusieurs milliers de personnes sans être aussi grande et difficile à mettre en valeur que la place Bellecour.

En 2016, c’est l’auteur Jules Verne qui était mis à l’honneur par le créateur Joseph Couturier, un habitué de la Fête des Lumières. Un savant fou, une chouette, une machine à dérégler le climat… Des thèmes dans l’air du temps, mais, surtout, une pyrotechnie qui fait toujours son petit effet, malgré quelques longueurs. Un hot spot !

Saint-Jean et ses « Évolutions » oniriques

Parmi les immanquables, chaque année, le spectacle de la cathédrale Saint-Jean figure en bonne position. L’année dernière, le mariage entre Yann Nguema, à la lumière, et EZ3kiel, à la musique, avait offert une animation pas loin d’être parmi les toutes meilleures de ces dernières années. La primatiale, vieille de presque un millénaire, qui aura navigué d’une architecture romane à une architecture gothique durant ses trois siècles de construction, constitue un terrain d’expression unique pour les artistes. En l’occurrence, « Évolutions » fait vraiment la différence par son travail visuel et sa bande-son pour un rendu absolument fantastique, entre histoire, futurisme et gigantisme… Il faudra faire aussi bien en 2017 !

La colline de Fourvière, l’histoire illuminée

Difficile de la rater… Et oui, les illuminations de la colline de Fourvière, qui offrent généralement un spectacle englobant la basilique, le palais de justice et les quais, constituent une étape obligée dans un parcours bien conçu.
En 2016, un soleil s’amusait à créer des jeux de lumières tout au long d’une journée fictive pour un effet très réussi. Ajoutez les traditionnels lumignons le soir du 8 décembre et vous devrez pouvoir saisir quelques clichés d’exception !
Mais, la colline de Fourvière, c’est aussi pousser jusqu’au théâtre antique… où « Incandescens » avait magnifié les pierres millénaires et brutes, témoignages du passé gallo-romain de Lugdunum, par le feu et un éclairage élégant. Une façon assez incroyable de découvrir l’histoire lyonnaise !

 

Mais aussi…

    • La gare Saint-Paul ne dément jamais son statut de sympathique étape, régulièrement autour de la thématique du voyage et du temps avec son horloge centrale. C’était encore le cas en 2016 pour un petit intermède poétique !
    • La cour de l’Hôtel de Ville permet de rejoindre la place Louis Pradel de la place des Terreaux. Pour autant, elle est souvent bien plus qu’un simple passage. L’année dernière, « Platonium » avait retenu l’attention avec son allégorie de la caverne de Platon et ses fins rais de lumière jouant avec un miroir.

Picturing the night in #Lyon#fetedeslumieres#hoteldeville#art

Une publication partagée par Kyle (@kylichou) le

    • Difficile d’ignorer la place Bellecour lors d’une visite aux alentours du 8 décembre, à Lyon. Cette place immense représente toujours un défi énorme pour l’artiste sélectionné, du fait de ses dimensions. La grande roue se prête bien à des jeux et des films, comme ce « Songe Forain », il y a un an, voguant de Tim Burton à Fellini.
    • La place des Jacobins, comme neuve suite à sa grande rénovation en 2013, a systématiquement des histoires surprenantes à raconter. Sa fontaine le permet par son architecture superbe, d’autant qu’elle occupe une place assez centrale dans la Presqu’Île. À ne pas rater !