Les 8 moments qui ont fait de la profession d’arbitre de tennis un métier à haut risque !

Crédit photo @francetvinfo

Sous le feu des projecteurs ! Des caractères à contrôler, un respect à gagner, une pression à assumer, des justifications à donner, des ambiances à maîtriser, non, arbitre de tennis international n’est pas un long fleuve tranquille. Preuve en est avec ses 8 situations passées au crible.

Headshot !

Lors du 5ème match décisif de Coupe Davis entre la Grande Bretagne et le Canada en 8ème de finale, l’arbitre français Arnaud Gabas a été victime du pétage de câble du jeune Canadien de 17ans, Denis Shapovalov. Ce dernier, alors coupable d’une nouvelle faute directe, a littéralement vrillé et envoyé une balle à pleine puissance dans l’œil de l’arbitre de chaise. Bien que ce geste ne soit pas volontaire, Arnaud Gabas a décidé de disqualifier le Canada et d’ainsi propulser les Britanniques en quart de finale contre les Français.

Votre avis les followers ?

Durant le premier tour de Roland-Garros en 2013, opposant Richard Gasquet à l’Ukrainien Stakhovsky, l’arbitre a été témoin d’une scène jusqu’alors jamais vue. Stakhovsky, alors 101ème mondial, s’est emparé de son smartphone, lors d’un point assez litigieux, pour photographier la trace de balle sur la terre battue pour ensuite la poster sur Twitter. A vous de juger… (nous on voit rien personnellement !)

McEnroe, l’expert en la matière

Pour arbitrer un match de l’américain, c’est sur il fallait avoir les nerfs bien accrochés et aussi une certaine capacité à accuser les « coups ». En 1984, lors de sa demi-finale à Stockholm, John McEnroe a commis son plus gros craquage, celui qui a fait le tour du monde. Après cette réplique mythique : “Elle est pile sur la ligne. Tu n’as fait aucune erreur jusqu’à présent dans ce match, n’est-ce pas ? Tu n’as jamais déjugé une annonce. Absolument aucune erreur. Réponds à ma question ! La question abruti !”, l’Américain fit valser toutes ses boissons d’un coup de raquette. Il écopa d’un jeu de pénalité, de 2100$ d’amende ainsi que 21 jours de suspension mais remporta tout de même le match 1-6 7-6 6-2 puis le tournoi. Sacré  John !  

Flavia « doigt d’honneur » Pennetta

Le 1er match de la Fed Cup 2009 entre Amélie Mauresmo et l’Italienne Flavia Pennetta restera gravé dans les mémoires par le comportement de Pennetta. Cette dernière a craqué et insulté l’arbitre de tous les noms et lui a fait un joli doigt d’honneur… Ce qui ne lui a pas empêché de remporter le match. Même après les contestations de Mauresmo « vu ce qu’elle a dit et montré à l’arbitre, elle aurait dû sortir immédiatement du terrain », l’arbitre de la rencontre ne reviendra pas sur sa décision et c’est l’Italienne qui s’imposera. Auriez-vous mis une pénalité ?

Ni vu ni connu…

La demi-finale de l’édition 2009 de Roland Garros opposant Fernando Gonzalez à Robin Soderling a été marquée par un geste pour le moins insolite de la part du Chilien. Ce dernier a essayé d’effacer avec son arrière-train une trace de balle tout en discrétion… Cependant cette petit roublardise n’est pas passée inaperçue. C’est le Suédois Soderling qui s’imposera en 5 sets 6-3, 7-5, 5-7, 4-6, 6-4, et se qualifier pour une finale face à Roger Federer.

« Tu es le pire arbitre de l’histoire »

Le deuxième tour de Wimbledon 2016 entre Viktor Troicki et Albert Ramos-Vinolas demeurera comme le théâtre de l’un des plus gros pétage de câble de l’histoire du tennis. Suite à un Ace accordé à Vinolas pour la balle de match, Troicki estimant la balle « out » a agressé verbalement l’arbitre de la rencontre. Petit résumé de cette envolée lyrique : “Regarde la balle, une fois ! Une fois ! Qu’est-ce que tu fous ? Tu as vu la balle ? Tu es le pire arbitre de la planète, tu es tellement mauvais. Tu sais ce que tu as fait ? Tu le sais ? Tu es horrible ! Qu’est-ce que tu fous ici ? Tu es le pire de l’histoire. Je dois te le dire. Je t’ai montré la balle, elle est dehors.” A noter le sang froid de l’arbitre…

Quand Nalbandian prend le juge de ligne pour un ballon de foot

Etre juge de ligne, c’est également un métier dangereux…L’enjeu d’une finale peut faire craquer n’importe qui, à l’image de David Nalbandian au Queen’s en 2012. Ce dernier a été disqualifié pour avoir donné un coup de pied à un juge de ligne. Le croate Marin Cilic a été déclaré vainqueur du tournoi en ayant perdu le premier set et en menant 4-3 face à l’Argentin.

Une raquette vous manque est tout est dépeuplé

En novembre 2000, à Brighton, Goran Ivanisevic a dû abandonner pour une raison assez inédite. Les ayants toutes cassées, il ne lui restait plus aucune raquette pour terminer le match face au Coréen Hyung-Taik Lee dans lequel il était mené 7-5, 6-7, 3-1. Ce genre de scénario est aujourd’hui inenvisageable quand on sait le nombre de raquettes dont dispose les joueurs.

Et vous à la place de ces arbitres, comment auriez-vous réagi ?

4289